Pourquoi une étude sociologique?

L’Association  Climatologique de Moyenne Garonne et du sud ouest (A.C.M.G),  est spécialiste dans l’étude du climat et la lutte contre les « fléaux climatiques » tel que la grêle, le gel ou la canicule.

Pourquoi lutter contre les îlots de chaleur en ville ?

Comparaison des temperatures LandsatL’image thermique de la ville d’Agen ci après,  auquel donne accès le satellite « Landsat » (image 2)  montre que les « îlots de fraîcheur » correspondent à des zones avec de la végétation ou des points d’eau.  A l’inverse,  les « îlots de chaleur » sont produits par les centres commerciaux et industriels (ZAC sud) ou la gare ferroviaire, c’est à dire les endroits où il y a peu ou pas de végétation ou d’arbres irrigués.

Cependant, il est possible d’ores et déjà d’affirmer que le destin climatologique des espaces urbains et ruraux, est commun. Et que de ce destin dépend le confort thermique actuel et à venir des habitants.

Quelles actions pour quelles solutions? Pour sa part, l’A.C.M.G. propose d’engager une lutte contre les endroits où il fait le plus chaud par le biais de végétation bien irriguée et d’eau. La bio-climatisation.

La prise en compte des caractéristiques et des intérêts de ces citoyens permet de composer un message qui a plus de chance de les atteindre. Le dialogue entre les solutions proposées et les usagers, rendra celles-ci plus concrètes et en prise avec la réalité de chacun. C’est en cela qu’une étude sociologique se justifie.

L’étude sociologique que nous avons menée dans le cadre de ce projet avait pour objectifs, de saisir auprès des citadins et des périurbains :

  •  l’appréciation de leurs environnements, dans un contexte de réchauffement climatique,
  •  les moyens qu’ils mettent en œuvre pour garantir leur confort thermique en période de chaleur estivale.

Et enfin,

si cette démarche trouve l’adhésion et le soutien, la méfiance et l’opposition ou l’indifférence des habitants et résidents.

La méthode sociologique est composée de plusieurs outils, nous avons choisi  le questionnaire sociologique.

Afin de promouvoir cette étude, et toucher un public large, nous avons construit et mobilisé un réseau de diffusion, à Agen et Bordeaux. Ce qui a été possible avec le soutien de nos partenaires, notamment, l’Agglomération d’Agen, la Ville d’Agen et le pôle développement durable de la ville de Bordeaux.

Premiers résultats : 334 réponses dont 194 femmes et 157 (47%) de ces personnes ressentent le besoin de rafraichir leur espace de vie pour améliorer leur confort thermique :

grafico total general encuesta ACMG

256 (76.6%) personnes trouvent qu’il fait chaud (83), très chaud (139) et vraiment trop chaud (34)  autour de leur habitation  en période de chaleur ; seuls 16 trouvent que c’est chaud mais agréable et 62 supportable !

Voir le résumé de cette étude plus complète dans :